Stéphane BORDARIER

Exposition du 30 novembre 2017 au 20 janvier 2018

A partir des années 90, vous choisissez de réduire votre palette. Deux couleurs (‘violet de mars’ et ‘sulfate de cuivre’) font notamment votre réputation. Afin de « ruiner toute tentative virtuose » , vous introduisez l’aléatoire dans votre processus de création. Vous peignez des formes, dont le temps d’exécution est régi par la contrainte du séchage de la colle de peau qui enduit votre toile. Vous assimilez votre technique à celle de la fresque. Vous vous dites alors comme « chassé du tableau ». Il naît de ce processus contingent une forme non préméditée et « à la limite d’elle-même », écrit Yves Michaud. Entre le principe de réalité objective et l’émotion latente qu’elle véhicule, votre peinture se situerait  « au bord de la défaillance » (YM).

Stephanie Le Follic-Hadida , catalogue Biennale de la Céramique, Chateauroux, 2017

 

Stephanie LeFollic-Hadida: La notion de bord, de franges, dont vous dites qu’il est un espace de rencontre entre deux couleurs, entre deux matières… Il se passe tellement de choses dans ce que vous ‘oubliez’ de peindre. Pouvez-vous détailler ? Est-il aussi le lieu de rencontre du visible et de l’invisible ?

SB :Tout se passe là. Dans la fresque du quattrocento je suis fasciné par cette ligne ou deux couleurs se touchent. Chez Piero, chez Andrea del Castagno. Dans toute peinture un peu franche, ce lieu est celui de tous les enjeux. Là où la couleur commence, ou finit. Le non-peint crée pour moi cette limite, cette jonction : je considère que mes tableaux résultent de l’accord et/ou du heurt de deux couleurs, je ne suis pas un monochromiste, loin de là. Cette limite (et celle du châssis) signe une matérialité de la couleur. Elle crée la tension d’une forme (un dessin) qui révèle la couleur. C’est là que ça travaille.

(Réponse à des questions de Stephanie Le Follic-Hadida, pour le catalogue de la Biennale de la Céramique, Chateauroux, été 2017)

Tableaux, Mamco Genève 2015, de g à droite : 27.VII.2011, Huile sur toile 175 x 175 cm & 5.V.2014, Huile sur toile 175 x175 cm

Tableaux, Mamco, Genève, 2015; de g à droite : 11.II.2015, Huile et acrylique sur toile, 160x160cm, coll.privée, Genève & 7.XI.2013, Huile et acrylique sur toile, 175x190 cm

Renseignements
Jean-Paul Barrès : 06 83 44 15 60     &     Jacques Rivet : 06 08 18 20 81
contact@galeriebarresrivet.com  /  1 place Saintes Scarbes - 31000 Toulouse